Littérature  - Litteratur

 

Navigation:

 

A télécharger - zum Herunterladen :

 

QUELQUES GRANDS MOMENTS DE LA LITTÉRATURE 

EN ALSACE ET EN MOSELLE


Im Elsaß und in Ost-Lothringen trieben Literatur und Volkskunst reiche und einzigartige Blüten, die sich meistens im deutschsprachigen Raum entfalteten. Hier wurde das erste Gedicht in Reimen der deutschen Sprache geschrieben, hier gab es die schönsten Minnelieder und die erste auf deutsch gedruckte Bibel. Hier erschien der Bestseller des XVI. Jht., "das Narrenschiff" von Sébastian Brant und der erste Volksroman in deutscher Sprache. In diesen beiden Ländern gab es vier literarische "goldene Zeitalter": das IX. Jht., das Jahrhundert der Staufer, das XVI. Jht. und die verschiedenen Phasen des XX. Jht., z. B. die erste Hälfte. Hier gab es Oberlin, Pfeffel, Pfleger und Schweitzer, Schickele und Katz, hier sammelten Stöber Märchen, Pinck und Lefftz Volkslieder. Hier schreiben Weckmann Vigée und Finck, aber auch Heitz und Egen. Elsaß und Ost-Lothringen sind eben Kulturländer.
 
Personne n'admettrait que Villon, Rabelais, Corneille, Racine, La Fontaine, Rousseau, Victor Hugo, Malraux, Aragon, Camus, Eluard, Breton, Marguerite Yourcenar ne soient pas connus. Nous non plus. Mais les auteurs d'Alsace et de Lorraine germanophone ont eux aussi, brillamment contribué au patrimoine culturel de l'humanité. Ils ne doivent pas rester des inconnus pour l'énorme majorité de nos compatriotes.


IXe siècle

En 842, les petits-fils de Charlemagne, Charles le Chauve (Karl der Kahle) et Louis le Germanique (Ludwig der Deutsche) renouvellent leur alliance contre leur frère Lothaire (Lothar) en prêtant les fameux Serments de Strasbourg en deux langues pour être compris de leurs troupes. Charles en ancien allemand, Louis en roman. Leurs armées reprirent ces serments. Ce sont les premiers documents en langue allemande (ancien allemand, tudesque) et en roman, qui témoignent en Alsace de la séparation linguistique des peuples. La frontière linguistique entre les langues romane et allemande se situe en Alsace, en gros sur la crête des Vosges et en Moselle sur une ligne allant de Sarrebourg à Thionville.
Vers 860, le moine Otfried de Wissembourg compose la première oeuvre littéraire importante en langue allemande: l'Evangelienbuch, Livre des Evangiles, poème de 16000 vers où pour la première fois la rime (der Endreim) remplace l'allitération (der Stabreim). Par cette production, il suit les recommandations de Charlemagne (Karl der Große) qui demandait que les Evangiles et les chants religieux soient traduits dans la langue populaire.   

EvangelienSeite aus Evangelienbuch, Nach der Handschrift 2687, BL. 36b der Staatsbibliothek in Wien

 Evangelien 2

Liber evangeliorum theotisce conscriptus (en latin), c'est à dire Livre des Evangiles (Evangelienbuch) écrit en allemand (en tudesque). Otfrid y travaillat pendant sans doute quarante ans, de 830 vers 870. Le livre était dédié au roi Louis le Germanique, petit fils de Charlemagne.

Xe - XIe siècles

La chanson de geste "das Waltharilied", dont l'action se déroule en partie en Alsace (Wasigenstein), naît sous la plume d'un moine de St Gall (Suisse), puis d'un clerc de l'évêché de Strasbourg. Ecrite en latin, elle connaît une version en allemand.

Gottfried
Gottfried de Strasbourg vient de lire un poème devant un entourage admiratif
(dessin d'après la "Manessische Liederhanschrift" "Manuscrti des Manesse")   

 

Xlle-Xllle siècle

Les troubadours - les "Minnesänger", alsaciens comptent parmi les plus prestigieux du monde germanophone. Ils chantent l'amour courtois, chevaleresque. Ils ont pour nom: Reinmar von Hagenau, Conrad Puller von Hohenburg qui chantera sa nostalgie des bords du Rhin quand il suivra Rudolf von Habsburg en Autriche, Ulrich von Gutenberg, Goesli von Ehnheim (Obernai), Gotfrit von Straßburg (Tristan und Isolde), Gertrud von Dagsburg.
Vers 1170, paraît le "Hortus Deliciarum" (Jardin des Délices) dont la réalisation a été dirigée par l'abbesse du couvent de Hohenburg (Mont Ste Odile), Herrade de Landsberg. C'est à ce moment que paraît aussi le "Codex Guta-Sintram".   

Moissonneur

Le moissonneur à la faucille
miniature de l'Hortus Deliciarum

 

XIVe siècle

Johannes Tauler (1310(?)-1361) est l'un des plus célèbres représentants de la Mystique rhénane. Ce dominicain et prédicateur strasbourgeois contribue à l'élaboration d'un vocabulaire abstrait illustrant les mouvements de la vie de l'âme. C'est un jalon important dans l'évolution de la langue allemande. Il est l'auteur, entre autres, du chant de Noël: "Es kommt ein Schiff geladen..."

Jacob Twinger von Koenigshoven (1346-1420) est l'auteur d'une histoire de l'Alsace, du St Empire et du monde en latin et en allemand.


XVe siècle

Marguerite de Lorraine-Vaudémont a adapté en français, un roman chevaleresque en latin (Loher et Maller). Sa fille l'adapta en allemand et y ajouta un autre roman de chevalerie (Hug Schapler) écrit dans la même langue.

Johannes Gensfleisch zum Gutenberg, inventeur de l'imprimerie, séjourne à Strasbourg jusque vers 1444. En 1466, Johannes Mentelin, originaire de Sélestat (Schlettstadt), imprime la première Bible, non plus en latin, mais en langue allemande à Strasbourg.

Ludwig Dringenberg dirige l'école latine de Sélestat (1441-1474), un centre important de l'humanisme.

Le prédicateur Geiler von Kaysersberg (1445-1510) stigmatise les abus de son temps et passionne par ses sermons en langue allemande qui seront imprimés, les croyants qui viennent l'écouter à la cathédrale de Strasbourg. C'est en son honneur que les tailleurs de pierre de la cathédrale et de l'Oeuvre Notre-Dame (Liebfrauenwerk) réalisent, vers 1490 la chaire sculptée, dite "chaire de Geyler".

En 1494, Sébastien Brant (1458-1522), de Strasbourg, qui a étudié et travaillé à Baie, publie "das Narrenschiff" (La Nef des Fous), qui deviendra l'un des best-sellers du XVIe siècle et sera traduit dans de nombreuses langues.


XVIe siècle

C'est le deuxième siècle d'or, pour l'Alsace, du point de vue culturel, littéraire et économique. C'est celui des Humanistes: Jacob Wimpheling (1450-1528), le "Praeceptor Germaniae", Johann Pauli, Thomas Murner, Martin Bucer, Johann Fischart. Thomas Murner (1475-1537) auteur de "die Narrenbeschwörung", conjuration des fous (1512), reste célèbre par ses écrits polémiques contre la Réforme, tandis que l'ancien dominicain, Martin Bucer, reste le plus grand nom de la Réforme à Strasbourg. Il écrit des ouvrages en latin et en allemand où il défend un point de vue conciliateur dans le débat qui oppose Luther à Zwingli. La bibliothèque de l'humaniste Beatus Rhenanus (1485-1547) existe toujours à la Bibliothèque humaniste de Sélestat. Wimpheling, travailleur infatigable, est l'auteur de nombreux ouvrages. Fischart (1546-1590) adapte librement en allemand le "Gargantua" de Rabelais (1575). Wickram de Colmar compose le premier roman populaire original en langue allemande: "der Goldfaden".
En Lorraine, Wolfgang Musculus, originaire de Dieuze, compose de nombreux psaumes en allemand.


XVIIe siècle

En 1609, paraît à Strasbourg, le premier journal d'information périodique en langue allemande, 22 ans avant la "Gazette" de Théophraste Renaudot (1631).
Moscherosch (1601-1669), qui a été bailli à Fénétrange (Finstingen), moraliste et défenseur de la langue allemande, publie son "Philander von Sittenwald", roman de l'époque baroque et de la Guerre de Trente Ans, qui a aussi inspiré le lyrisme de Jacob Balde (1604-1668), prédicateur, poète et éducateur. Grimmelshausen, l'auteur du "Simplicius Simplicissimus", devient vers la fin de sa vie fonctionnaire de l'évêque de Strasbourg et maire sur les terres de l'évêché situées sur la rive droite du Rhin dans l'Ortenau (Pays de Bade), où il rédige son célèbre roman. Philipp Jacob Spener, né à Ribeauvillé (Rappoltsweiler) en 1635, est le fondateur du piétisme allemand, l'un des courants majeurs de la vie spirituelle en Allemagne au XVIIIe siècle.


XVIIIe siècle

Le fabuliste et pédagogue Théophile Conrad Pfeffel (1736- 1809) compose ses fables bien connues à Colmar. Il dirige dans cette ville l'Académie militaire protestante fréquentée par des élèves venant de toute l'Europe. J-D. Schoepflin, professeur à l'Université de Strasbourg publie I' "Alsatia Illustrata" (1751-1761). L'abbé Grandidier rédige l'histoire du diocèse de Strasbourg.
J. W. Goethe étudie et vit à Strasbourg (1770), tout en visitant l'Alsace et en rencontrant Frédérique Brion à Sessenheim. Cette période de sa vie inspire une partie de son oeuvre.

XIXe siècle

G. Daniel Arnold ( 1780-1829) fait jouer sa comédie "D'r Pfingschtmondaa" qui inaugure, en fait, la littérature d'expression dialectale alsacienne en 1816.
Le poète Adolf Stoeber (1810-1883), émule des frères Grimm, publie "die Sagen des Elsaß" en 1852. Auguste Lustig (1840-1895) est un poète et dramaturge d'expression dialectale. Citons trois écrivains de langue française: E. Schuré et Erckmann-Chatrian (L'Ami Fritz en 1877, l'Invasion, Contes des bords du Rhin). Création du Théâtre Alsacien (1898) par Gustave Stoskopf (1869-1944), peintre et écrivain, avec "D'r Herr Maire".


XXe siècle

II connaît deux grandes renaissances de la littérature en Alsace, avant 1914 et après 1945, bien que l'entre-deux-guerres ait connu des écrivains de valeur.
Quelques grands noms de cette littérature: Albert Schweitzer (1875-1965), théologien et philosophe engagé avec "die Ehrfurcht vor dem Leben". L'écrivain pacifiste René Schickele (1883-1940), dont les œuvres seront brûlées par les nazis en 1933, a composé ses plus grands succès entre 1925 et 1940 ("das Erbe am Rhein", "die Witwe Bosca", "die Flaschenpost", "le Retour"). Ernst Stadler, Otto Flake. Le philosophe Pfleger. En Moselle, les messins Adrienne Thomas ("Katrin wird Soldat"), E.M. Mungenast ("der Zauberer Muzot") vont écrire des romans inspirés par la destinée complexe de leur région, mais célèbres dans tout le monde germanophone. Les frères Matthis, Albert (1874-1930) et Adolphe (1874-1944) sont de grands poètes dialectaux strasbourgesois (Bissalli.) En Alsace et en Moselle, deux ethnologues, J. Lefftz et L. Pinck ont collecté et publié les chansons populaires: le premier "das Volkslied im Elsaß", le second "Verklingende Weisen" pour la Lorraine germanophone.
Marie Hart (1856-1925) de Bouxwiller, écrit en dialecte des nouvelles pleines de fraîcheur. Nathan Katz (1892-1981) reste le grand poète du Sundgau, tandis que Maxime Alexandre et Hans Arp (1887-1966), peintre et sculpteur, produisent une oeuvre bilingue qui illustre le courant surréaliste. Ne pas oublier Yvan Goll. De Dadelsen (1913-1957), de Muttersholtz, est un écrivain de langue française (Jonas). Germain Muller crée, après 1945, le cabaret "Barabli" et un grand succès, "Enfin redde mer nim devun". A. Finck, Conrad Winter, Claude Vigée et André Weckmann (Les Nuits de Fastov, Fonse ou l'Education Alsacienne, Wie die Würfel fallen, die Fahrt nach Wyhl) sont des écrivains bilingues (français-langue régionale sous ses deux formes). 

 

Les Serments de Strasbourg, 14 février 842

Serments Serments

Les Serments de Strasbourg, 14 février 842.
Les textes prononcés par Louis le Germanique et l'armée de Charles
constituent le plus ancien monument écrit en langue romane française,
alors que le texte en francique rhénan est un des plus anciens de la littérature allemande.

 

FLASHES HISTORIQUES

VIIIe s. av. J-C Venant du Danube, les Celtes s'installent en Alsace
Ille s. av. J-C C'est l'arrivée progressive des Germains venus du Nord
61 av. J-C. Les Triboques, peuple germanique, s'installent en Basse-Alsace
60 av. J-C. Arioviste, chef germain, bat les Eduens (peuple celte) ennemis des Séquanes (peuple celte) de Haute-Alsace, qui font appel à Jules César
58 av. J-C. Jules César bat Arioviste. L'Alsace fait partie du monde romain durant 5 siècles
1er s. av. J-C. Les Romains maintiennent les Triboques sur place. Leur capitale: Brocomagus/Brumath
Vers 12 av. J-C. Drusus crée un castellum sur l'emplacement du bourg celte d'Argentorate (Strasbourg)  
12 av. J-C. Le camp militaire d'Argentorate/Argentoratum défend la frontière du Rhin
70 ap. J-C.: 88 Bien à l'Est du Rhin, qui n'est plus une frontière, construction d'une nouvelle ligne fortifiée: le "Limes" germano-rhétique
70-260 Ce "Limes" donne à Argentoratum, siège de la Vile Légion, une fonction plus administrative que strictement militaire
260 Les Alamans occupent les Champs Décumates. Le Rhin redevient une frontière
352 Début des invasions alamanes et franques
357 Victoire de Julien l'Apostat sur les Alamans près de Strasbourg (Hausbergen)
378 Victoire de Gratien sur les Alamans à Horbourg
405 Début des "Grandes Invasions". Les Alamans s'installent définitivement en Alsace
407 Invasion des Vandales, suivie d'un dernier sursaut romain
409 Saint Jérôme écrit: "Strasbourg (est) en Germanie"
451 Invasion des Huns. Fin de l'Alsace romaine, début de l'Alsace alémanique
496 Le roi franc Clovis (Chlodowig) bat les Alamans à Tolbiac. L'Alsace fait partie du royaume franc. Des Francs s'installent
Vers 550 Saint Arbogast, évêque franc de Strasbourg
Vers 590 Première mention du nom "Strateburgum (Straßburg, Strasbourg) par Grégoire de Tours
VIe s. Gallo-romains et Germains vivent côte à côte, coexistent. La frontière linguistique apparaît en Alsace et en Moselle
Vers 630 Première mention des noms "Alsace" et "Alsaciens" dans la chronique latine de Frédégaire
Vers 640 Création du duché d'Alsace dont Etichon (Attich) sera l'un des ducs
660 Fondation de l'abbaye de Wissembourg/ Weissenburg
693 Fondation de l'abbaye de Hohenburg (Ste Odile)
VIle s. Les rois mérovingiens séjournent en Alsace (Palais de Marlenheim/Kirchheim)
727 Fondation de l'abbaye de Murbach par St Pirmin, venant de la Reichenau
VIlle s. Le duché disparaît. Sous les Carolingiens, création de deux comtés (Haute et Basse-Alsace) et de deux diocèses (Strasbourg, Baie), le diocèse de Strasbourg s'étend sur la Basse-Alsace, moins la région de Wissembourg; il comprend aussi la rive droite du Rhin jusqu'à la crête de la Forêt Noire. Les évêchés de Spire (région de Wissembourg), de Metz sont aussi présents.
768-814 Charlemagne/Karl der Grosse vient en Alsace et en Moselle à plusieurs reprises (Koenigshoffen, Sélestat/ Schlettstadt, Rouffach, Diedenhofen/Thionville)
789 Charlemagne invite les ecclésiastiques à se servir de la langue populaire (chez nous l'alémanique et le francique)
842 Les Serments de Strasbourg/die Straßburger Eide
843 Traité de Verdun. L'Alsace fait partie de la Lotharingie
870 Le Traité de Meersen attribue l'Alsace à l'ensemble qui deviendra le St Empire Romain de Nation Germanique fondé par Othon le Grand en 962
Vers 880 Fondation de l'abbaye d'Andlau par l'impératrice Ste Richarde
Xe s. Invasions des Hongrois. Fin du Xe siècle, apparition des familles comtales des Eguisheim et des Habsbourg
1001-1028 Werner de Habsbourg, l'évêque de Strasbourg, va édifier la cathédrale romane
Vers 1025-1049 Construction de l'église octogonale d'Ottmarsheim, sur le modèle de la chapelle impériale d'Aix-la-Chapelle (Aachen)
1049-1054 Pontificat de Léon IX, Brunon d'Eguisheim, le pape alsacien
XIe s. Lutte du sacerdoce et de l'Empire: Querelle des Investitures qui dure jusqu'au Xlle siècle (Concordat de Worms 1122). Le moine Manegold de Lautenbach prend le parti de la papauté, tandis que l'évêque de Strasbourg soutient l'empereur Henri IV.
XIIe s. A partir de 1150, l'Alsace contribue fortement à la floraison de l'art roman rhénan (Murbach, Lautenbach, Rosheim, Marmoutier/Maurmünster). Les Hohenstaufen étendent leurs domaines en Alsace et accèdent à la dignité impériale. Le règne de Frédéric Barberousse (Friedrich Barbarossa) fut très important pour l'Alsace. Les empereurs résident à la Pfalz de Haguenau où se trouvent les insignes impériaux/C'est le 1er âge d'or de l'Alsace.
Vers 1205 Décès du Minnesänger Reinmar von Hagenau
Vers 1210 Décès du Minnesänger Gotfrit von Straßburg
Vers 1250 L'art gothique fait irruption dans la cathédrale de Strasbourg en reconstruction. Construction de la magnifique nef gothique (1235-1275)
1250-1273 Le Grand Interrègne. En 1273, Rudolf von Habsburg revêt la dignité impériale
1262 Les bourgeois de Strasbourg, avec l'aide de Rudolf von Habsburg défont les chevaliers de l'évêque de Strasbourg, Walter von Geroldseck près d'Oberhausbergen. Fin de la domination épiscopale sur la ville
1275 Achèvement de la nef gothique de la cathédrale de Strasbourg
1276 Début de la construction de la façade de la cathédrale de Strasbourg avec Erwin von Steinbach
1320 Début de la construction de la collégiale de Thann (St Theobald/St Thiébaut)
1349 Soulèvement des Corporations à Strasbourg contre les patriciens. Les artisans vont détenir le pouvoir. Persécution des Juifs dans cette ville, à l'approche de la peste noire
1354 Création de la Décapole alsacienne (Zehnstädtebund, "die gemeine Richstette im Elsaß")
1365 et 1375 Incursions sanglantes des "wilden Engländer", mercenaires sans solde, lors de trêves pendant la Guerre de 100 ans qui ravage le Royaume de France. Ce dernier s'étend alors à l'Ouest de la Meuse, jusqu'au duché de Lorraine, état de l'Empire
1388 Achèvement de la Rheinbrücke, Pont du Rhin, construit par les Strasbourgeois
1434-1444 Gutenberg (Johannes Gensfleisch) travaille à Strasbourg. Il est bourgeois de cette ville
1439 Achèvement de la flèche de la cathédrale de Strasbourg par Johann Hültz de Cologne. La tour avait été commencée en 1399 par Ulrich von Ensingen
1444 Invasion des Armagnacs, "die armen Gecken" ou "Schinder" sous la direction du dauphin, le futur roi de France Louis XI, qui revendique pour la première fois l'Alsace, en vertu des anciennes frontières naturelles que son royaume aurait eu sur le Rhin
Vers 1450 Développement de l'imprimerie à caractères mobiles par Gutenberg à Mayence
1458 Johannes Mentelin ouvre une officine d'imprimerie à Strasbourg
1473 Martin Schongauer (14457-1491) peint "Maria im Rosenhag"/Ia Vierge au Buisson de Roses
1482 Rédaction  définitive de  la Constitution de Strasbourg, "Freie Reichstadt"
1497 Naissance de Wolfgang Musculus, poète, à Dieuze
1510-1516 Mathias Nithart Grünewald peint le retable d'Issenheim
1516 Achèvement, dans un gothique flamboyant, de la flèche de la collégiale de Thann
1517 Martin Luther affiche ses 95 thèses à la porte de la "Schloßkirche" à Wittenberg. Début de la Réforme
1519 L'imprimeur Schott publie les écrits de Luther. Début de la Réforme en Alsace
1524 Première messe en langue populaire, en allemand, à la cathédrale de Strasbourg. Apparition du "Kirchenlied" (psaumes) en allemand
1525 Guerre des Paysans, "der große Bauernkrieg" (Batailles de Lupstein, Saverne, Scherwiller)
1529 Par l'action de Martin Bucer, et d'un courant populaire favorable (corporation des jardiniers) Strasbourg passe à la Réforme
Vers 1535 La Renaissance s'affirme maintenant en architecture
1538 Création du Gymnase, Haute Ecole, par Johann Sturm
1539-1541 Jean Calvin dirige la paroisse française de Strasbourg. Durant le XVIe s. les Huguenots affluent en Alsace, terre de refuge
1539 Premiers livres français imprimés à Strasbourg. Calvin publie chez des éditeurs Strasbourgeois son "Institution" et le Psautier des Eglises réformées
1548 De par la volonté de l'empereur Charles-Quint, le réformateur Martin Bucer doit quitter Strasbourg et s'installe à Cambridge
1552 Le Royaume de France ampute la Lorraine des Trois Evêchés
1580-1620 Période d'apogée de la Renaissance dans les arts (cf. villes et peintres)
1581 Ouverture du Collège des Jésuites à Molsheim. Début de la Contre-Réforme catholique en Alsace
1614-1618 Edification de l'église des Jésuites à Molsheim
1617 Le Collège des Jésuites de Molsheim devient Université catholique
1618-1648 Guerre de Trente Ans/"der Dreissigjährige Krieg". Arrivée des troupes de Mansfeld, des Suédois, des Impériaux, des Français. Désolation et ruines. L'Alsace perd plus de 40% de sa population
1621 L'Académie, l'ancienne Haute-Ecole, devient Université protestante de Strasbourg
1648 Traités de Westphalie: Le roi de France obtient les droits et territoires des Habsbourg en Alsace (Landgraviat de Haute-Alsace et Grand Bailliage de Haguenau). Les villes impériales et les autres territoires font toujours partie du St Empire (immédiateté d'Empire)
1648-1681 Louis XIV étend ses possessions en Alsace par la force, à la faveur de ses guerres et des "réunions". En 1681 Strasbourg, ville libre impériale, capitule devant les troupes du Roi Soleil qui l'annexe en pleine paix. Elle devient ville royale de France
1681 La cathédrale de Strasbourg est rendue au culte catholique
1685 Révocation de l'Edit de Nantes en France, elle ne s'applique pas, en principe, en Alsace (où l'Edit de Nantes n'a jamais eu force de loi et pour cause, cet édit date de 1598) et où le statu quo confessionnel est garanti en principe par les Traités de Westphalie. Mais, après 1681 et 1685, fortes pressions exercées en Alsace et à Strasbourg pour contraindre les protestants à la conversion (émigration de 300 familles strasbourgeoises). Ces pressions n'atteignent pas la violence des persécutions religieuses subies par les Huguenots
1700 env. Nicolas de Largillière peint la "Belle Strasbourgeoise"
1709-1727 Peter Thumb du Vorarlberg édifie l'église de l'abbaye d'Ebersmunster, révélant toute la splendeur de l'art baroque en Alsace
1716 Installation des orgues Silbermann à la cathédrale de Strasbourg
1728-1741 Sur les plans de R. de Cotte, J. Massol érige le Palais Rohan à Strasbourg
1738 Le roi polonais en exil Stanislas Leszczynski devient duc de Lorraine par la volonté de la France. Le duc François de Lorraine-Vaudémont ayant épousé Marie-Thérèse d'Autriche
1740-1826 J.F. Oberlin est pasteur au Ban-de-la-Roche/ Steinthal
1746 Naissance de l'industrie textile à Mulhouse (F. Dollfus, S. Koechlin, J.J. Schmalzer). A partir de 1760 développement rapide de cette industrie
1765 Le savant Lambert, mathématicien originaire de Mulhouse, réside à la cour du roi de Prusse, Frédéric II, et deviendra membre de l'Académie royale de Berlin
1766 A la mort de Stanislas Leszczynski, le duché de Lorraine passe à la France
1775-76 Grandidier publie les deux premiers volumes de l'histoire du diocèse de Strasbourg
1777 Mise en place du tombeau du Maréchal de Saxe sculpté par J.B. Pigalle à l'église St Thomas de Strasbourg
1779 Edification du Palais Rohan actuel à Saverne
1787 Réunion de l'Assemblée provinciale d'Alsace
1789 Rédaction des Cahiers de Doléances (le plus souvent en allemand). Départ des députés alsaciens aux Etats Généraux. Révoltes paysannes, pillages, destructions notamment d'archives. L'Alsace est divisée en deux départements et va gagner l'Alsace Bossue
1790 Constitution civile du Clergé mal accueillie en Alsace. Election de Fr. de Dietrich à la mairie de Strasbourg
1792 Déclaration de guerre de la France à l'Autriche et à la Prusse. Rouget de l'Isle compose le "Chant de guerre de l'armée du Rhin" (la Marseillaise) dédié au général von Lückner et chanté pour la 1ère fois par Fr. de Dietrich. Victoire de Valmy (Kellermann)
1793 Invasion de l'Alsace du Nord par les troupes autrichiennes. Installation de la Terreur. E. Schneider montre la guillotine à travers la Basse-Alsace et fait procéder à des exécutions; les représentants en mission St Just et Lebas accentuent la Terreur, interdisent la langue allemande. La cathédrale de Strasbourg subit des mutilations et devient Temple de la Raison. Victoires françaises (à Wissembourg), suivies de la "Grande Fuite" de paysans et d'artisans en Alsace du Nord redoutant les excès de la Terreur
1798 Mulhouse ville de la Confédération helvétique ne peut qu'admettre l'annexion à la France
1801-1815 C'est l'Alsace sous le Consulat et l'Empire de Napoléon 1er. Développement économique (blocus continental). De nombreux soldats et généraux alsaciens dans les armées impériales
1801 Le Concordat rassure les catholiques et donne un statut légal à l'Eglise catholique. L'évêché de Strasbourg couvre toute l'Alsace. Par les Articles organiques les protestants sont aussi protégés. Les juifs, citoyens depuis la Révolution, voient aussi leur religion reconnue
1810-1814 Lezay-Marnésia est préfet du Bas-Rhin. Il encourage l'agriculture et crée la première Ecole normale en France, après en avoir créé une à Coblence
1821-1878 Théophile Schuler, dessinateur, illustrateur des romans d'Erckmann-Chatrian
1829-1905 Jean-Jacques Henner peintre
1830-1848 Monarchie de Juillet
1832-1883 Gustave Doré, virtuose du dessin
1834-1904 Auguste Bartholdi, sculpteur
1839 Première voie ferrée de Mulhouse à Thann
1841 Achèvement de la ligne de chemin de fer Strasbourg-Bale
1851/52-1870 Après la Ile République, le Ile Empire
1852 Napoléon III inaugure la ligne Paris- Strasbourg
1859-1885 Période faste de la production littéraire des écrivains Erckmann-Chatrian
1863 J. Rothmuller, graveur lithographe, publie son "Musée pittoresque et historique de l'Alsace"
1870 Plébiscite favorable au Second Empire (mai). Napoléon III déclare la guerre à la Prusse, bientôt rejointe par les autres Etats allemands (juillet). Défaites françaises en Alsace et en Moselle, sièges de Strasbourg, Belfort, Metz...
1871 Elections en Alsace et en Moselle occupées. Protestation de Bordeaux. Traité de Francfort: l'Alsace et la Moselle font partie de l'Empire allemand
1871-72 Lors de l'option, 50 000 habitants d'Alsace et de Moselle, quittent effectivement la région pour la France
1870-1918 L'Alsace et la Moselle forment le Reichsland/Terre d'Empire avec capitale Strasbourg
1873-1951 Hansi (Jean-Jacques Waltz) illustrateur et polémiste nationaliste français
Après 1870 Reconstruction à Strasbourg et construction d'une ville nouvelle, "la ville allemande"
1873 Création du Landesausschuß
1883-1940 René Schickele, écrivain
1893 Le socialiste Bebel devient député de Strasbourg
Après 1900 Extension du "Jugendstil" (Art Nouveau) en Alsace
1901 Premier recueil de poèmes des frères Matthis
1902 Spindler et Laugel publient leur ouvrage "Costumes et coutumes d'Alsace". Abrogation du paragraphe de la dictature, elle permet l'essor de la presse d'opinion dans le Reichsland. Propagande française: Dr. Bücher, Hansi, Zislin
1904 P. Bücher, et F. Dollinger fondent le Musée Alsacien
1905 Constitution de la "Sozialdemokratische Partei Elsaß-Lothringen"
1906 Création du "Elsaß-Lothringisches Zentrum"
1911 Loi constitutionnelle pour le Reichsland. C'est presque l'autonomie: l'Alsace-Lorraine reste sous la dépendance de l'Empereur
1913 Affaire de Saverne
1914-1918 1ère guerre mondiale. Etat de siège dans le Reichsland. Alsaciens et Mosellans, soldats allemands
1915-16 Combats dans les Vosges: Hartmannsweilerkopf, Lingenkopf...
25.10.1918 Autonomie complète de l'Alsace-Lorraine
Novembre 1918 Armistice (11.11.). L'Alsace et la Moselle redeviennent françaises.
1919 Traité de Versailles (juin). L'Alsace et la Moselle font officiellement partie de la France
1924 E. Herriot, Président du Conseil, veut introduire les lois laïques dans les nouveaux départements. Vaste mouvement de protestation en Alsace et en Moselle
1924-38 Développement de l'autonomisme en Alsace, en Moselle ( Rossé, Dahlet)
1927 Décret Poincaré-Pfister introduisant à nouveau un enseignement de l'allemand dès le CE
1928 Procès de Colmar contre des leaders autonomistes
Après 1930 Construction de la Ligne Maginot. En économie, politique du glacis
1933 Hitler arrive au pouvoir en Allemagne qu'il va "mettre au pas"
1936 Les élections législatives en France donnent la victoire au Front Populaire
1939-45 2e guerre mondiale
1939 Evacuation de 450 000 Alsaciens et Mosellans
1940 Attaque de la Ligne Maginot. Combats en Alsace en Moselle. Annexion de fait de l'Alsace et de la Moselle par les nazis. Terreur et nazification. Struthof, Schirmeck-Vorbruck
1942 Incorporation de force des Alsaciens et des Mosellans pour combattre surtout sur le front de l'Est
1944-45 Combats en Alsace et en Moselle, 2e DB, 1ère Armée française, opération Nordwind, Poche de Colmar, bataille de Metz
1945 L'Alsace et la Moselle redeviennent françaises. Fin du cauchemar nazi. Début de l'épuration, de la reconstruction. L'enseignement de l'allemand supprimé à l'école primaire. L'allemand est considéré comme une langue étrangère en Alsace et en Moselle, l'emploi du dialecte puni à l'école
1952 Décret André Marie réintroduisant l'enseignement de l'allemand dans les deux dernières années de l'école primaire
1953 Procès de Bordeaux ("procès d'Oradour")
1954-62 Guerre d'Algérie. Des milliers de jeunes Alsaciens et Mosellans en resteront marqués
1957 Traité de Rome: sur la base de la CECA, création avec six pays, du  Marché Commun 
1963 Traité de coopération franco-allemande. De Gaulle et Adenauer
1968 Evénements de mai/juin 1968